vendredi 22 décembre 2017

"L'affaire Kate Logan" : L'effet Mitrani, deuxième...

Il y a un peu plus d'un an, j’écrivais ici-même tout le bien que je pensais de Sur la trace d’Igor Rizzi, le premier long-métrage de Noël Mitrani.

C’est peu dire que j’attendais impatiemment de voir son second. L’affaire Kate Logan, tourné à l’automne 2009, dut attendre près de deux ans avant de trouver un distributeur. Sorti sur les écrans en août dernier, le film fut un échec public. Il faut dire qu’il n’était projeté que dans deux salles à Montréal. Par ailleurs, la presse cinéma était assez partagée, alors que Sur la trace d’Igor Rizzi avait connu un accueil critique plus unanime. À quoi fallait-il donc s’attendre ? Dans l’incapacité la plus totale de voir le film sur grand écran, j’avais dû me contenter jusqu’ici de l’excellente bande-annonce.

Mais ce fut tout de même avec une certaine fébrilité que j’enfournai le DVD dans mon lecteur. Et si l’effet Mitrani s’était dissipé ?

1h26 plus tard, c’était plutôt le doute qui s’était dissipé : le film est une vraie réussite.
La première impression est sa connexion thématique indéniable avec Balle de match (Match Point). Bien sûr, on ne saurait mettre les deux films sur un pied d’égalité. Balle de match est le chef d’œuvre de Woody Allen, toutes époques confondues. Mais il lui a fallu 35 films et 45 ans de carrière en tant qu’auteur-réalisateur pour y parvenir. L’affaire Kate Logan n’est que le second long-métrage de Noël Mitrani, et il est encourageant

Synopsis

Benoit Gando (Laurent Lucas) est un Français, employé dans une compagnie d’assurances parisienne ; il est de passage dans un patelin de l’ouest canadien pour assister à un séminaire d’entreprise. Un matin, en sortant d’un dépanneur, il croise Kate Logan (Alexis Bledel), une jeune policière qui croit reconnaitre en lui un violeur en série activement recherché. Elle l’arrête et le menotte sur-le-champ mais réalise bien vite son erreur. La jeune femme se confond en excuses sur le coup, puis lors d’une seconde rencontre (fortuite ?). Mais ce qui ne devait être qu’une occasion de s’excuser devant un verre va évoluer en relation charnelle. Et déraper.

 

Actes manqués

Contrairement à ce que bien des critiques ont avancé, L’affaire Kate Logan n’est pas une succession de coïncidences ou de hasards malencontreux. C’est une série d’actes manqués. Tout ce qui arrive est provoqué, plus ou moins consciemment, par la policière.
Car Kate Logan s’ennuie, dans le somnolent comté de Bruce. Après quelques mois de service, elle déchante. Elle qui espérait vivre l’aventure dans la police, se retrouve au milieu de flics ventripotents, qui portent des stetson pour ressembler aux shérifs de western, qui tirent dans les portes des motels pour faire comme dans les thrillers, mais qui sont incapables de courir cinquante mètres sans cracher leurs poumons.
Dans ce contexte, la jolie jeune femme, aux allures très professionnelles, détone. Or, derrière cette image policée de parfaite représentante de la loi, se cache une femme-enfant. Dépourvue d’empathie, elle manque cruellement de confiance en elle et n’hésite pas à réécrire son histoire familiale pour la rendre plus conforme à l’image qu’elle veut projeter d’elle-même. Mais le vernis est toujours à deux doigts de craquer.
Coincée dans ce coin perdu aux pied des Rocheuses, Kate Logan veut vivre autre chose. Le grand frisson, peut-être. Cela explique pourquoi elle a tant envie de reconnaitre un violeur en série sous les traits de Benoit Gando, simple employé d’une compagnie d’assurances. Il y a homme plus exaltant, mais pour la jeune femme, il est ce qui se rapproche le plus de l’étranger. Car personne ne vient jamais se perdre dans le comté de Bruce. Et si Benoit Gando s’y retrouve, c’est parce qu’il fuit les complexes hôteliers pour touristes friqués, au profit des motels où l’on ne parle pas le français et qui lui donnent l’impression d’être dans un film américain.

Soit dit en passant, ce trait du personnage me parle. Pour Benoit Gando, les motels un peu miteux constituent son rêve américain. Le mien - avant de venir m'installer en Amérique du Nord - c'était le Double-R Café dans la série Twin Peaks, où les serveuses déambulaient, verseuse à la main, pour servir des refills de café.

Voilà pour le concours de circonstances. La rencontre aux airs de bluette surannée va pourtant tourner au vinaigre. Car la jeune femme, désireuse de faire durer cette relation naissante, va enchainer les mauvaises décisions. Jusqu’à une cavale aux allures de Bonnie and Clyde du pauvre. C’est là que la fragile Kate Logan va accéder à une pleine maturité en un temps record (mais à quel prix...). Et elle fera tout pour conserver son statut et son travail, certes décevant mais qui s’avère être la seule chose qui la sépare d’une vie minable, comme celle que mène son père. Au final, Kate Logan va même apprendre à jouer de sa fragilité, qui n’est désormais plus qu’apparente, pour tromper son monde et parvenir à ses fins.

Dans une interview sur le plateau de télévision de Radio-Canada, Noël Mitrani expliquait :
J’avais vraiment besoin de faire un film où, à chaque fois qu’on croit qu’il va se passer quelque chose, qu’on est dans une direction, finalement, le film va dans une autre direction. [3'45"]
Force est de constater qu’il y réussit. Le revirement le plus important est sans nul doute le changement de principal protagoniste. Le film, axé tout d’abord sur Benoit Gando va glisser vers Kate Logan. Un tel changement est un exercice périlleux. Surtout lorsqu’il se produit tardivement, comme c’est le cas ici.

À titre de comparaison (si l’on veut bien considérer que les circonstances dramatiques des deux films sont un tant soit peu similaires), dans Le petit lieutenant, Xavier Beauvois a opéré un glissement tardif semblable, du personnage de Jalil Lespert vers celui de Nathalie Baye. Mais il l’a complètement raté (à l’image du film lui-même, parfaitement impersonnel). Noël Mitrani, lui, passe l’épreuve haut la main : le personnage somme toute assez fade interprété par Laurent Lucas laisse plus aisément la place à celui bien plus fascinant d’Alexis Bledel, dont l’auteur-réalisateur a subtilement tracé la psychologie depuis le début. Et à qui l'actrice principale apporte une crédibilité de tous les instants.

Autre revirement, l’intervention de la femme de Benoit Gando est peut-être un peu longue. On craint un moment que Noël Mitrani n’ait perdu le fil de son récit. Mais on comprend finalement où le réalisateur veut nous emmener : le face-à-face des deux femmes va parachever la métamorphose de Kate Logan. Les séquences qui suivent et clôturent le film figurent d'ailleurs parmi les  meilleures.
On pourra regretter l’ultime plan du film, sorte de morale de l’histoire dont, à mon sens, on aurait parfaitement pu se passer.

Petite déception également de nature linguistique. Le film a en effet été tourné en anglais. Dans l'interview ci-dessus, Noël Mitrani explique parfaitement le but recherché [à 1'40"] :
Il fallait  que le personnage soit perdu dans une langue qui n'était pas la sienne. C'est un personnage qui est assez intelligent, assez sûr de lui à la base, et qui est dans une position de fragilité, parce qu'il n'est pas dans sa langue ; il la maîtrise mal, il parle un anglais pas très sûr. Tout ça était important car cela permet d'expliquer qu'il se laisse prendre dans une histoire dans laquelle il aurait eu plus de contrôle s'il avait été dans sa langue naturelle.
De fait, sur le DVD - que vous ne manquerez pas de vous procurer -, oubliez la version française (doublée au Québec) qui est un non-sens. Il faut regarder le film en version originale anglaise. Point barre. Toutefois, si Laurent Lucas a effectivement un accent français à couper au couteau, je trouve que sa diction anglaise est encore trop bonne pour quelqu'un qui est sensé être mal à l'aise avec cette  langue étrangère. Un peu plus d'hésitation dans ses répliques aurait été bienvenu.
Mais c’est là bien peu de choses, en regard des nombreuses qualités de L’affaire Kate Logan.
Des qualités totalement et injustement occultées par la critique québécoise dans sa grande majorité.

 

Un échec critique injustifié

Après avoir vu le film, j’ai eu rétrospectivement du mal à comprendre diverses critiques que j’avais lues :
  • des personnages superficiels ?
  • des situations absolument pas crédibles ?
  • des coïncidences improbables ?
  • des entorses à la logique ?
  • « une réalisation maniérée et dénuée de tout parti-pris esthétique » ?
C’est clair, nous n’avons pas vu le même film.
Alors que la critique québécoise avait encensé le premier long-métrage de Noël Mitrani, elle s’est défoulée sur le second. Pourquoi une telle disparité ? Est-ce vraiment dû aux défauts de L’affaire Kate Logan ? Proposons ici une explication alternative.
Noël Mitrani est un Ontarien francophone d’origine, mais élevé en France et revenu s’installer au Québec en 2005. Il vit sur le Plateau Mont-Royal, l’archétype du quartier ”bourgeois bohème” montréalais qui compte la plus forte concentration de Français au km2 au Canada - je sais de quoi je parle, j’y vis aussi... 

Sur la trace d’Igor Rizzi était un film tourné dans l’urgence avec 50 000 $, sur ledit Plateau Mont-Royal, avec quelques acteurs québécois « bien de chez nous » (Isabelle Blais, Emmanuel Bilodeau, Pierre-Luc Brillant,...).

Pour sa part, L’affaire Kate Logan a disposé d’un budget plus confortable (2,5 M$). Le film est censé se dérouler dans le Canada anglais, met en scène des acteurs canadiens anglophones et une vedette de série télé américaine. Et, suprême outrage, le film est tourné... en anglais. Et ça, la société des critiques bien pensantes du Québec ne laisse pas passer : c’est rien moins qu’une trahison.
Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que la meilleure critique québécoise émane de l'anglophone Montreal Gazette. Et que la pire vient du Devoir...

 

« Au Québec, fait comme les Québécois »

Tout le monde devrait au moins s’accorder sur une chose : la volonté de  Noël Mitrani de changer de genre. Encensé pour un film d’auteur du PlateauTM très réussi, il aurait pu jouer la facilité, s’endormir sur ses lauriers et devenir un éternel espoir du cinéma d’auteur québécois. Prenant tout le monde à contrepied, pour son second film, il choisit de sortir de sa zone de confort : un drame policier, situé dans un coin perdu de l’Alberta (mais tourné en quasi-intégralité au Québec), en anglais, avec des acteurs anglophones.
Au bout du compte, Noël Mitrani a écrit et réalisé un film original. Si l'on en croit l'accueil critique francophone dans la Belle Province, bien mal lui en a pris ; il aurait été mieux inspiré de faire comme d’autres auteurs québécois : se répéter ad nauseam ou bien verser dans le plagiat.

 

Noël Mitrani n’est pas Xavier Dolan - Et c’est tant mieux

Au Québec (et même en France), la critique fait la haie d’honneur à Xavier Dolan. Voilà un gamin porté aux nues par la critique québécoise (puis française) dont l’oeuvre (si l’on veut bien oser le terme) commence à ressembler à une caricature.
On peut apprécier J’ai tué ma mère, cri de haine/amour d’un adolescent en révolte qui a les défauts de ses qualités (et inversement). Le film est intéressant à bien des égards mais ne tient pas la distance. Un moyen-métrage aurait bien mieux convenu. Et surtout, Dolan n’est pas parvenu à transformer son premier essai.
Preuve en est Les amours imaginaires, son deuxième opus que, par un charmant euphémisme, la critique a qualifié d’« exercice de style ». Ce film d’adolescent empreint de minauderies cinématographiques prête à pouffer de rire.
Il faut lire la critique des Amours imaginaires parue dans Chronic’art sous la plume de Jérôme Momcilovic qui explique parfaitement comment le jeune prodige québécoisTM joue de sa jeunesse pour faire passer la pilule.
On pourrait ajouter aujourd’hui que Dolan joue aussi parfaitement de son homosexualité. Un thème qu’il décline de plus en plus fort - et de façon de moins en moins pertinente - au fil de sa filmographie :
  • son premier film mettait en scène un jeune adolescent, accessoirement homosexuel ;
  • son second film est consacré à un triangle amoureux bisexuel ;
  • son troisième film (en post-production) parlera des déboires sentimentaux d’un transsexuel.
On ne change pas une formule qui gagne. Son 4ème film sera-t-il une tragédie saphique ? 

Par Arnaud Palisson
Déc. 2011

The Kate Logan Affair : une «Gilmore Girl» chez Noël Mitrani

Avec son dernier film, The Kate Logan Affair, Noël Mitrani a réalisé son rêve américain : celui de travailler avec une actrice originaire du pays de l’Oncle Sam. 

Le réalisateur Noël Mitrani avec l'actrice américaine Alexis Bledel
Pour son deuxième long métrage, Noël Mitrani réunit l'Américaine Alexis Bledel et le Français Laurent Lucas. The Kate Logan Affair, en tournage actuellement, est un drame qui naît de la rencontre inopinée d'une jeune policière et d'un voyageur.

«C'est un scénario que j'ai écrit très rapidement, sur le sentiment d'isolement et d'impuissance qui peut naître quand on est loin de chez soi, que l'on perd ses repères», explique Noël Mitrani, rencontré sur le plateau de The Kate Logan Affair, à Chambly.

Né au Canada de parents français, Noël Mitrani a d'abord vécu à Paris avant de s'installer à Montréal, où il vit depuis 10 ans. C'est à Montréal qu'il avait tourné son premier long métrage, Sur la trace d'Igor Rizzi, un film financé de sa poche qui avait, en 2006, remporté le prix du meilleur premier long métrage canadien à Toronto.

Comme son nom l'indique, The Kate Logan Affair est un film tourné en anglais, dont l'action se situe dans un milieu totalement anglophone. «Je trouve la langue anglaise très adaptée au cinéma. On arrive à débarrasser les dialogues de tout ce qu'il peut il y avoir de pesant. Ce sont des dialogues informatifs», estime Mitrani.

Laurent Lucas interprète un Français entouré d'Anglais. «Benoît est en Amérique pour un séminaire: sa route croise celle de Kate et ça va l'amener là où il ne pensait pas», dit Laurent Lucas. Son jeu n'est pas affecté par ce changement de langue. «La pensée est finalement plus importante que les mots», dit-il.

C'est donc vers une comédienne américaine que la production s'est tournée pour le rôle de Kate Logan. Alexis Bledel, révélée par son rôle dans la série Gilmore Girls, s'est rapidement imposée. «Je voulais une comédienne avec un côté femme et un côté jeune. J'ai vu une dizaine de filles, mais dès que j'ai vu Alexis, j'ai su que ce serait elle. J'ai eu la chance qu'elle aime le projet», dit-il.
La jeune femme, croisée entre deux prises dans un restaurant de Chambly, se réjouit de se glisser dans la peau de Kate Logan. «Elle vient d'entrer dans la police, elle travaille dans une toute petite ville et elle arrête un homme qu'elle prend pour un criminel (Laurent Lucas, ndlr)», raconte Alexis Bledel.

Comment une actrice américaine peut-elle se retrouver dans une production québécoise, dotée d'un budget de 2,5 millions? Le producteur, comme l'agent d'Alexis Bledel, parlent du coup de coeur de la comédienne pour le scénario. «À partir de là, tout est possible», glisse son agent. «J'aime vraiment me glisser dans la peau de ce personnage», dit Bledel.

«J'aime beaucoup le travail de Noël: il est original, et avec son premier film, j'ai vu qu'il allait à contre-courant, car il laisse l'histoire parler sans nous surstimuler. Je trouvais ça assez courageux de sa part! Il accorde beaucoup d'importance à ses spectateurs», dit le producteur, Ian Whitehead.

Avec The Kate Logan Affair, Noël Mitrani tourne en pellicule 35 millimètres. «C'est une image super belle», promet-il. Si les conditions de tournage de son premier film ont été plus difficiles en raison de son faible budget, le réalisateur éprouve un véritable plaisir à travailler avec une équipe plus importante. «Cela me laisse le temps de faire une mise en scène plus élaborée, et d'aller plus loin», dit-il.

Par Anabelle Nicoud
La Presse
Publié le 08 octobre 2009

http://www.lapresse.ca/cinema/nouvelles/201207/17/01-4550465-the-kate-logan-affair-une-gilmore-girl-chez-noel-mitrani.php

Le rêve américain d'un cinéaste

Avec son dernier film, The Kate Logan Affair, Noël Mitrani a réalisé son rêve américain : celui de travailler avec une actrice originaire du pays de l’Oncle Sam.

«C’était un désir que j’avais depuis le début, un vieux fantasme, une vieille envie, confie le cinéaste qui en était, au moment de notre entretien, aux derniers jours de tournage de son deuxième film dans un immeuble désaffecté de la métropole. On a beau dire tout ce qu’on veut, les acteurs américains sont très forts. Ils ont beaucoup de technique de jeu et ils sont très précis.»

L’Américaine Alexis Ble­del, qu’on a pu voir notamment dans la série Gilmore Girls et dans les films Sisterhood of Travel­ling Pants et Sin City, est celle qui a été choisie pour camper Kate Logan, une jeune policière qui chamboulera la vie de Benoît Gando (Laurent Lucas), un Français en voyage d’affaires quel­que part en Amérique du Nord.

«On a envoyé le scénario à Hollywood, explique Noël Mitrani, qui a fait ses premiers faits d’armes cinématographiques avec le film Sur la trace d’Igor Rizzi. On avait quelqu’un qui nous représentait sur place. Il y a eu de bonnes réponses, alors on n’a pas eu de problème à trouver une actrice américaine. C’était plutôt nous qui avions le choix.»

La jeune actrice affirme avoir accepté de se joindre à ce projet québécois (tourné en langue anglaise, à Sainte-Adèle, à Monte­bello, à Chambly et à Mont­réal et doté d’un budget de 2,5 M$) parce qu’elle a été séduite par l’histoire et le personnage de Kate.

«Kate est très différente de moi, alors c’était un beau défi, confie la jeune femme de 28 ans. C’est une nouvelle policière, mais qui ne tient pas trop compte des protocoles. De plus, dans le scénario, j’ai beaucoup aimé la façon dont l’histoire s’installe et nous surprend et le fait que les personnages pourraient être des gens que vous connaissez.»
Et quels commentaires la timide brunette a-t-elle à faire sur les petits plateaux de tournage de la belle province.

«J’ai déjà fait des films indépendants, souligne celle qui tournera très prochainement dans le film The Conspirator, réalisé par nul autre que Robert Red­ford. C’est agréable par­ce que tout le monde est impliqué dans le projet et ne le fait pas comme un travail. Il y a une bonne énergie sur le plateau.» 

Retrouvailles

Si Alexis Bledel était nouvel­le dans l’univers du réalisateur Noël Mitrani (originaire de Toronto, mais ayant grandi en France), Laurent Lucas, lui, était en terrain connu. Celui qui a tenu la vedette dans le long métrage Sur la trace d’Igor Rizzi avait le goût de retravailler avec le cinéaste, et vice-versa.

«Il n’y avait pas de doute, on voulait retravailler ensemble, assure Noël Mitrani. C’est comme si, à la fin du premier film, on en voulait encore. On avait envie d’aller plus loin dans certaines directions. Sur la trace d’Igor Rizzi était un film très contemplatif et là, The Kate Affair Logan est un film plus lié à l’action avec beaucoup de dialogues.»

 Par Geneviève Vézina-Montplaisir 
 Journal Métro

 http://journalmetro.com/culture/19029/le-reve-americain-dun-cineaste/

jeudi 26 octobre 2017

Excellent polar inversé (Critique)

Ici, le drame est d'autant plus honteux et criminel que le crime est perpétré par la police. Et comme on peut s'y attendre, la honte s'étend à l'ensemble du corps policier local et fédéral, puisque l'enquête est particulièrement superficielle et on sent les préjugés comme les conflits d'intérêts qui amènent nos enquêteurs à conclure la version la plus facile pour eux. L'accord rapide et facile des gens sur cette version fait froid dans le dos. Et le cas du pauvre homme piégé par la policière et tué froidement pour sauver la réputation et la tranquillité de celle-ci jette un doute sérieux sur la fiabilité de cette police et du système judiciaire. Scénario fort, réalisation bien menée, très bon jeu des acteurs, très naturel. Le message est dur, mais le film est bon.

 Par Agua le 14/11/2013

https://www.cinemotions.com/L-Affaire-Kate-Logan-tt112464

iTunes (Customer Reviews)

https://itunes.apple.com/us/movie/the-kate-logan-affair/id506561466

Filmcan (User reviews)

http://www.fredericton.film-can.com/readreviews/British+Columbia/Prince+George/Prince+George+Theatres/The+Kate+Logan+Affair/27838/